" Marin,après avoir bien bourlingué sur la mer,
Poses  ton
sac à terre,
 A Locmariaquer
!
"


- 1- Le principal est un port d'échouage situé entre la cale du Guilvin et la cale du Bourg.
Son environnement a été transformé en port de plaisance" pontoné"( voir plus loin)
  accessible  pratiquement qu'à la troisième heure du flot marée montante.

- 2 - La cale du Guilvin balisé sur bâbord est accessible par n'importe
quel cœfficient de marée grâce à un chenal pour un tirant d'eau égal ou inférieure à 1m40.

Les statuts de la gestion du port a changé au 1°janvier 2003.
Le bureau du port se trouve sur la Place Dariorigum au rdc d'un immeuble.


-3 - Les mouillages autorisés sont disséminés en divers Zones de la côte communale:

Côté golfe :182 mouillages dont 17 réservés aux professionnels
Côté océan :242 mouillages dont 24 réservés aux professionnels
Total général : 424 mouillages dont 41 réservés à des professionnels.

Photo prise avant juin 2011


Les mouillages du port du bourg... en attendant la marée haute
Photo prise après juin 2011
Après réalisation du port de plaisance

Vue aérienne du front de mer du bourg


SERVICE DES  MOUILLAGES AU BUREAU DU PORT
tél. 02.97.57.46.35

port@locmariaquer.fr

Tarifs municipaux pour les différents services proposés  
     
http://www.locmariaquer.fr/le-port-page-56-rub-7.html


 

Tout Savoir sur  l'historique et le déroulement des travaux
qui ont entièrement modifié l'aspect de la station " côté Golfe " 
au cours de l'année 2011  

Un témoignage en date du 01.05.2013

Locmariaquer, on y vient, on s'en souvient, on y revient...
Daniel Le Baron, aujourd'hui sauveteur SNSM, fut aussi ostréiculteur et marin à bord des vedettes à passagers.
À l'entrée du Golfe, face à Port-Navalo, le port de Locmariaquer joue les sentinelles

. Entrée d'un paradis ?
 Bouche béante prompte à avaler tout cru le navigateur peu averti du bouillon qui le guette ?
 C'est selon.
D'un bord à l'autre du passage obligé, on connaît la chanson.
 Les marins de Locmariaquer savent qu'il faut compter avec les courants et la marée pour ne pas risquer gros.

 Parmi eux, Daniel Le Baron.

Aujourd'hui sauveteur SNSM, et ancien ostréiculteur. Daniel, en bon fils de marin et gars de Locmariaquer,
 a toujours arpenté les quais de son rocher natal.
Du bourg à la cale du Guilvin, où des cohortes de passagers continuent d'embarquer pour le Golfe et les îles
. Un fidèle parmi les fidèles. « En 62 ans, je ne suis parti qu'un an, à Tahiti. J'avais hâte de retrouver mon port. »

Village de Marie au bord de la rivière
Ici, le changement est tout frais.
« Le paysage face au bourg vient de se transformer en raison du nouveau port de plaisance. On aime ou pas.
 Mais il faut se rendre à l'évidence. C'est nettement plus pratique qu'avant.
 Autrefois, le paysage maritime, c'était des chalands ostréicoles. Aujourd'hui la plaisance y a fait son trou.
 C'est ainsi. Ça donne aussi du boulot aux gens du coin. »
 Quant à l'esthétique parfois décriée des installations ? « Dans quelques années, on n'y pensera même plus.
»
 (Note du WM : Propos un peu surprenant qui demande confirmation )

Une certaine quiétude baigne l'anse de Locmariaquer. Ici, les eaux du large, celles du Golfe et de la rivière d'Auray,
semblent avoir signé un pacte de non-agression.
 « C'est un endroit tranquille, propice à la flânerie, excellent pour la conchyliculture aussi.
 Autrefois, l'année se divisait en deux saisons :
l'hiver pour les huîtres, le reste c'était la pêche à la sardine, l'agriculture.
 Locmariaquer a toujours nourri des vocations de marins de commerce ou d'État. »

Lok Maria Kaer - littéralement, le village de Marie au bord de la rivière -
 c'est aussi le nom du magnifique baleinier tout juste restauré qui sera béni le 8 mai 2013au cours de la Semaine du Golfe.

De l'Angélus, en passant par la Thalassa, la Moune (un ancien remorqueur de 1942 ! et
 l'inénarrable Lez de P'tit Job (aujourd'hui retraité), ici du bourg à la cale d'embarquement du Guilvin,
personne n'oublie ces bateaux qui ont fait passer le gué à tant de visiteurs.
Venus et revenus par ici se rappeler au bon souvenir de Locmariaquer.