Commune de Baden
 Er Runio ou Renaud


Cette île est située sur la commune de Baden, en face de la pointe du Blair, au nord de lîle Grand Veizit et au sud de l'île Sept ïles
et mesure 7,9 hectares.
On y trouve les vestiges d'un petit dolmen fouillé en 1864.
Elle appartenait déjà à une famille parisienne qui y avait fait construire une villa, à la fin du XIXe siècle,
 aux allures de château avec sa tour et ses tourelles.
 Des aigrettes et des hérons nichent dans l'île.
Ses noms
Il y eut au XVIIe siècle un projet  de fort pour contrôler l'entrée du golfe ; on la nommait alors île du Renard.
Son nom local était Er Runieu, ce qui peut se traduire par " l'île des Tertres ".
En 1870, elle est nommée île du Renaud dans le répertoire topographique du département
 et Réno en 1904 sous la plume d'Adrien Régent


Sept Iles


Sept Îles
 (Seniz en breton)  appartient à un particulier. Sa superficie est de 4,7 hectares.
une grande partie cultivée séparent deux bois.
On peut en faire le tour à pied comme dans toutes les îles du golfe en respectant les cultures.
 Elle est reliée au continent par un tombolo de sable submergé à marée haute.
C'est seulement accessible à marée basse grâce à un cordon de sable qui la relie à Locmiquel.
Mais la balade nous offre des points de vue superbes sur le Golfe et notamment l'entrée du Golfe entre Port-Navalo et Locmariaquer.
 La plage, fragile, est protégée par une digue de pierre côté est.
 De violents courants la rendent dangereuse par certaines hauteurs d'eau et par certains vents (se renseigner).


Radennec
Rattachée administrativement à la commune de Larmor-Baden.
Elle située au nord de l'île Longue .


Au premier plan Radenec , au nord l'île Longue
Ile privée avec maison, située en face de la pointe de Berchis et mesurant 2,5 hectares.
. Le nom de Radenec suggère un endroit où poussent des fougères,
c'est d'ailleurs sous le nom de Fougère que l'île apparaît pour la première fois dans l'atlas de 1693.
Ses propriétaires historiques
 En 1957, l'île est devenue la propriété de Christiane Moreau (1906-2000) qui l'avait découverte en se promenant avec une amie, pharmacienne et nantaise comme elle, qui possédait l'île de Boëdic.
 Il n'y avait alors aucun bâtiment sur l'île, pas même une cale , et il a fallu beaucoup de persévérance à Christiane Moreau et l'aide de son voisin de l'île Longue pour construire une maison terminée en 1959.
Ancienne championne internationale de basket, elle ne manquait pas d'énergie et grimpait encore aux arbres à quatre-vingts ans passés.
 Cette personnalité originale avait, comme sa voisine de l'île de La Jument, Solange Defforges , participé à un réseau de Résistance.
 Elle avait été arrêtée, torturée et emprisonnée à Rennes puis déportée dans le dernier convoi qui partit le 3 août 1944
 et où se trouvaient 201 femmes, dont Solange Desfforges, sa sœur Raymonde et deux jeunes Vannetaises de leur réseau, Agnès de Nanteuil (qui mourra au cours du voyage) et sa sœur Catherine.
 Particulièrement sensible à la protection de la nature, Christiane Moreau a légué son île à la SPA,
qui la vendit aux enchères au lieu d'en faire une réserve biologique, faute de conditions assez précises

(Sources : Dictionnaire du Golfe du Morbihan de François de Beaulieu - Editions du Télégramme et le Web)