A l'ouest de la commune, dans le village de LOPEREC, à 3,800 km du bourg, avant d'arriver à la grande plage de Saint-Pierre , sa porte bleue attire l'oeil du passant

                     Le bâtiment mesure 11,50m sur 5.50m.
                     Un clocheton surmonte le pignon ouest.
         l'intérieur a été remanié à plusieurs reprises de 1925 à 1975.

                            Une anecdote: en 1975 l'on déplace vers l'église paroissiale N-D de Kerdro une statue de Sainte-Anne en bois polychrome du XVIe siècle qui avait été, jusqu'en 1873, dans la Chapelle  du Moustoir...

 Le traditionnel Pardon annuel de Saint-Pierre a lieu le 1° dimanche de juillet

    Sa construction  en    1772
                                    Selon la tradition locale, la chapelle Saint-pierre aurait été construite en 1772, sur la suggestion de l'évêque de Vannes, pour y célébrer des messes et organiser un pardon pour le repos des naufragés, nombreux sur la côte toute proche. 

  La guerre  au XVIIIe  siècle et  . . . Méaban !
                                                                                                              
En effet, durant le XVIlle siècle, la France a été en état de guerre quasi permanente avec l'Angleterre dont les navires bloquaient très souvent les ports de BREST: LORIENT et NANTES: les seuls ports accessibles aux navires qui voulaient accoster la Bretagne Sud étaient donc AURAY et VANNES, au fond du Golfe du Morbihan. 
                     C'est ainsi que Benjamin FRANKLIN accosta à AURAY et  logea au Pavillon d'En-Bas à Saint-Goustan, quand il vint en France pour la première fois, en 1777, et solliciter l'aide de Louis XVI pour la guerre d'indépendance des ETATS-UNIS D'AMERIQUE. 

.                    Mais les abords du goulet de PORT-NAVALO sont d'accès difficile, surtout au nord de l'îlot de MEABAN où les roches à fleur d'eau abondent, et de nombreux vaisseaux auraient ainsi fait naufrage devant Saint-Pierre de LOPERET en voulant entrer dans le Golfe, d'où d'ailleurs, le nom de Ster er Vered (la baie du cimetière), donnée à la baie de Saint-Pierre, où auraient été enterrés certains naufragés.
 
TOPONYMIE   :  Pourquoi Saint-Pierre de LOPEREC  ?
                                                                                                     
Quant à l'origine du nom du village, elle remonterait au début du millénaire (Xe ou XIe siècle), où les "LOC"' abondent en Bretagne ; LOPERHETou LOCPERREC, c'est-à-dire le lieu de Pierre, indiquerait donc un emplacement consacré au culte du premier disciple du Christ. 
             Cependant, certains celtisants supposent aussi qu'il y aurait eu, au cours des ans, substitution de Saint-Pierre au détriment de Saint-Perrec, très connu au Pays de Galles dont il était originaire au VIe siècle, et qui, après un pèlerinage en Terre Sainte, serait venu évangéliser l'Armorique, comme tant de ses compatriotes à cette époque. 
             A l'appui de cette thèse, les nombreux LOCPE-REC- LOPEREC que l'on trouve en Bretagne; le patronyme bas-latin original PETROCUS aurait évolué selon les cas en PETROC, PETREUC, PERREUC, PERREC, PEREC..?'     

Pour tout savoir: consultez le site:
 http://www.chapellesaintpierre.com/
Résultat de recherche d'images pour "image de ligne de separation"
Connaître l'Association de la sauvegarde de cette chapelle 


" Complément d'enquête "
D'après l'article  de  Pascale Parthiot Prost du journal Ouest France du 30.10.2017
 tél. 06 32 79 45 94 ; pascaleparthiotprost@gmail.com


Patrimoine : Saint-Pierre pour le repos des âmes de naufragés

C'est en 1987 que le Général de Boissieu (gendre du Général de Gaulle) et M. Wullems,
 tous deux résidants à Saint-Pierre-de-Loperhet,
 décident de créer une association pour la sauvegarde de la chapelle construite en
1 772 pour le repos des âmes des naufraqés.

Ils contactent Pierre Ropert, ancien élève de l'école du Louvres qui va s'occuper de toute la partie administrative.
En 1988, De Boissieu va écrire personnellement à différentes institutions pour demander des aides
 financières.

Les travaux seront effectués sur plusieurs années avec l'électrification,
la confection de vitraux  réalisés par la maître verrier Hubert de Sainte-Marie qui œuvra beaucoup dans les églises et chapelles de Bretagne

 Des photographies de ce monument religieux en lien avec notre partenaire  

                                        
SUITE