Ce qu'hier est devenu... aujourd'hui

Le  site  de  Mané-lud

Il y a quelques années... ( documents issus de cartes postales du début du XXième siécle)

Ce tumulus est vraiment intégré au village: les habitations sont toute proches.
 Du" toît " on aperçoit, au loin, la mer comme de tous les mégalithes de la commune: le personnage donne bien une idée de l'importance des pierres du dolmen.

"Situé avant l'arrivée au bourg
 MANE désigne la montagne
;
LUD , est dérivé du breton LUDU=cendre; donc
LA MONTAGNE DE LA CENDRE:
 ce site doit son nom à un tumulus se trouvant à proximité dans lequel on a trouvé un immense tas de vase marine desséché que l'on a pris pour de la cendre"
-(1)-Lire plus bas un rectificatif
de toponymie))

et actuellement...


La plus proche chaumière a été restaurée, la végétation cache la mer!

- (1 ) - Note de Toponymie
Communiqué par Y. le Gaudion en janvier 2008

C'est suite à un coup de fil reçu ce matin d'une personne qui me demandait laquelle des 2 explications
que j'avançais sur le Mané-Lud était la bonne (bulletin communal n°29 de janvier 1999 et ce site), que je me suis rendu sur votre site.
Certes l'explication du nom Mané Lud n'est pas suivie de mes initiales, mais l'avertissement stipulant que j'étais l'auteur des explications toponymiques entretient la confusion.
Même si on trouve cette explication de LUD venant de LUDU et signifiant cendre depuis plus d'un siècle,
je ne la cautionne pas pour au moins deux raisons, l'une étant que le village s'appelait Le Hellau en 1542,
Le Haellu ou Le Hellu en 1570, puis Le Helleu ou Le Hellu jusqu'à quelques années avant la Révolution,
l'autre étant que le tumulus était à peu près intact jusqu'au milieu du 19ème siècle,
 alors il était impossible de prévoir qu'il y avait de la cendre ou plutôt de la vase séchée à l'intérieur.

C'est vers 1784, au moment où Kerloet/Kerlouet est devenu Kerlud (prononcé kèrlute) que par contamination mané hellu est devenu
 Mané(né)lud (prononcé manilute) et que le village est passé de Hellu à Nelud.
 J'explique tout cela dans le bulletin communal précité; j'aurai une chose à rajouter qui n'est pas sur le bulletin:
 le fait que les vieux bretonnants locaux prononcent nélu et non nélute n'est pas une preuve en soi,
car une tendance récente (moins d'un siècle sûrement) sur les communes côtières est
de ne pas prononcer les D ou T finaux; par exemple ma zad (mon père) prononcé meza à Locmariaquer mais mezat à Pluvigner. 

Yann Le Gaudion (janvier 2008)