Jean L'Helgouac'h est un archéologue français, né le 22 avril 1933 à Meknès au Maroc, mort le 29 février 2000 à Nantes.
Ses études secondaires se déroulent à Rennes de 1943 à 1950, ainsi que ses études supérieures : licence en sciences
naturelles (1955), puis se tourne vers l'anthropologie avec Yves Coppens, Il est docteur ès Sciences en 1966 pour sa thèse
sur Les sépultures mégalithiques en Armorique.
L’archéologue.
Directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique, il dirige la circonscription des antiquités
préhistoriques des Pays de la Loire de 1969 à 1989. Ses fonctions l’ont amené à diriger de nombreux chantier
 de fouilles archéologiques en Bretagne et dans tout l’ouest de la France.
A Locmariaquer.
À partir de 1986, il codirigera l'équipe inter-institutionnelle en charge de l'importante opération de Locmariaquer
 au cairn de la «Table des Marchand(s).

Opération de fouilles en 1990 à la suite desquelles la Table est redevenue caïrn

 On lui doit notamment la mise en évidence des phénomènes de réemploi et
d'iconoclasie dans la grande architecture mégalithique armoricaine, à partir d'une retentissante publication
(Les idoles qu'on abat..., 1983),consécutive à une communication présentée la même année à Belfast.
Le pédagogue.
Enseignant de préhistoire à l’Université de Nantes, il est fondateur et responsable du Laboratoire de Préhistoire
Armoricaine de cette université. Il collabore à de nombreux colloques et publications (administrateur de la Revue
 Archéologique de l’Ouest). Il est aussi le créateur de l’Association d’Études Préhistoriques et Historiques des Pays de la Loire.
Le musicien
Parallèlement à ses activités scientifiques, Jean L'Helgouac'h, passionné par la musique bretonne et musicien,
devint «penn soner de la Kevrenn de Rennes». Il l'amena vite à haut niveau puisqu'elle remporta le premier prix
aux «Championnats de Bretagne des bagadoù» dès 1955, puis en 1956 et 1963.
Sa passion de musicien l'entraîna à une contribution sur la musique aux temps préhistoriques.
En 1956, il publie la première Méthode de bombarde» de l'histoire de la musique bretonne, destinée aux
 jeunes sonneurs des bagadoù et kevrenn, alors en plein développement, dans le vent général de renouveau
du «folklore breton», comme l'on disait alors
Il a participé à de nombreux enregistrements.
Il a créé l'école de bombarde de Rennes en 1966. Jean L'Helgouac'h nous a laissé une marche funèbre
pour bagad (1955), la marche "War zu an heol" (o sevel) - "Du côté où le soleil se lève" - une suite "mégalithique"
pour bombarde, trompette, cor, trombonne et tuba (1976), une suite pour cornemuse et ensemble de violoncelles (1986) et
une "évocation sonore de l'âge du bronze" pour lui, trombonne et percussion (1988).
Sa discographie est riche d'une quinzaine de références.

Il est décédé le 29 février 2000.
Il est décoré de l'Ordre de l'Hermine en 1997 pour son dévouement à la cause
bretonne, en reconnaissance de ses multiples apports à une région qu'il aimait d'une passion profonde bien
que discrète et raisonnée. Il est également Chevalier de l'Ordre du Mérite, Avril 1998.

Bibliographie
1957 : Chalcolithique , néolithique secondaire et survivances néolithiques de l’âge de bronze en Armorique
1962 : La Bretagne, préhistoire et protohistoire en collaboration avec Pierre-Roland Giot et Jacques Briard
1979 : Préhistoire de la Bretagne

anim-vagu.gif (11397 octets)