A propos des animations ou festivités  estivales
 Trois questions à ...



 

« Je raconte Zénaïde Fleuriot entre son oeuvre et sa vie »

Trois questions à ...
Daniel Carfant

Depuis l'été 2005, guide bénévole il  propose une balade consacrée à Zénaïde Fleuriot.

Qui était Zénaïde Fleuriot ?

Elle a écrit plus de quatre-vingt romans destinés principalement à la jeunesse féminine.
La plupart ont été publiés dans la Bibliothèque Rose.
 Zénaïde Fleuriot apparaît comme l'une des femmes de lettres françaises les plus prolifiques et populaires de son temps (1829-1890).
À la mort de la comtesse de Ségur, inhumée au cimetière de Pluneret en 1874,
Zénaïde Fleuriot la remplace chez l'éditeur Hachette.
Native de Saint-Brieuc, elle installe sa résidence secondaire à Locmariaquer
dans son cottage rustique baptisé Kermoareb.
Sa sépulture repose au cimetière.

Pourquoi animez-vous un circuit touristique consacré à l'écrivain ?

C'est l'office de tourisme qui m'a proposé d'animer une balade thématique mettant en valeur ce personnage qui fait partie de l'histoire de la commune.
 La première balade s'est déroulée en 2005 et tous les ans, nous proposons quatre rendez-vous durant l'été.
 Sur un parcours de 3 km, je raconte la vie de Zénaïde Fleuriot
avant sa venue à Locmariaquer, ses influences, son éducation.
Je cite certains passages de ses romans et principalement ceux dont elle a pris son inspiration sur la vie à Locmariaquer.

Quel public participe à cette balade ?

Principalement, des lecteurs qui ont lu ces livres durant leur jeunesse et également des passionnés de littérature ancienne qui souhaitent la découvrir.
C'est aussi l'occasion pour les touristes mais également les Locmariaquérois de s'imprégner de la vie de Zénaïde Fleuriot,
 de visiter le village avec ses ruelles et maisons typiques qui existaient à son époque.

 En 2012

Les jeudis 19 et 26 juillet ; 9 et 16 août, à 10 h, départ de l'office de tourisme.
 Tarifs : 3 €. Web : http://www.livre-sur-mer.com/zenaide

Source Ouest France


 

  ou retour au  calendrier des animations 


 


« C'est la  cette année »
Trois questions à...
Richard Dumont
, au moment de la23e édition d'Art Expo
président de l'Atelier du vent salé

L'Atelier du vent salé c'est quoi ?
C'est une association qui regroupe 30 peintres amateurs.
Outre les cours durant l'année, nous organisons deux expositions :
 - un premier rendez-vous en avril à la chapelle Saint-Michel
-  le second durant l'été qui est intitulé Art Expo.
Nous célébrons la 23e édition, du 21 juillet au 16 août, au restaurant scolaire.

Présentez-nous Art Expo ?

Art Expo est l'événement artistique de l'été à Locmariaquer.
 Il accueille près de 1 200 visiteurs.
Cette année, nous accueillons 45 exposants et 125 tableaux.
En 2011, nous avions choisi un thème qui est celui du chemin.
Nos artistes travaillent ce sujet, sachant qu'ils ne sont pas obligés de respecter ce thème, mais c'est un excellent fil conducteur pour l'exposition.
Le travail des artistes est apprécié des visiteurs.

Vous êtes président depuis cet hiver,
comment se passe l'organisation ?

J'ai succédé à Michel Le Perru.
 Aujourd'hui, c'est beaucoup de stress d'organiser cette exposition.
 Art Expo est destiné à promouvoir notre association, mais c'est aussi un moment fort à Locmariaquer.
 Enfin, nous rendrons hommage à Georges Defrocourt, ancien président, décédé cet hiver qui a beaucoup oeuvré au dynamisme et à la reconnaissance de l'Atelier de vent salé connu à l'époque sous l'appellation des Artistes et associés.

En 2102
Exposition à découvrir jusqu'au 16 août, de 10 h à 12 h 30 et de 15 h à 18 h 30
tous les jours. Entrée gratuite
 

Source Ouest France


 

  ou retour au  calendrier des animations 


Trois questions à...  Gérard Baulieu :
 amateur de vapeur vive et de locomotives
 
Comment vous est venue la passion de la vapeur vive ?

En 1965, j'étais en stage à Dol où les dernières locomotives à vapeur tournaient encore.
 Les cheminots m'ont invité à monter à bord de l'une d'entre elles.
 Une découverte qui m'a donné le virus.
Une locomotive à vapeur, ça vibre, ça vit, ça chauffe...
C'est sensible aux réglages : si on ne fait pas ce qu'elle demande, elle peut réagir.

Et ensuite ?

En 2007, je me suis inscrit au club qui faisait du modélisme ferroviaire : Rail 56.
 C'est lors d'une rencontre à Lambel-Camors qu'avec le président, Michel Galban,
on a décidé de construire notre locomotive à vapeur.
 Nous avons choisi une Mallet 020 020, une reproduction à l'échelle 1/4 d'une locomotive de chantier.
Elle était utilisée à Java, dans les exploitations de canne à sucre.
 Elle remorque des wagons sur lesquels on peut s'installer pour un petit tour de circuit.

Comment s'est déroulée la construction ?

On est parti d'un kit, en pièces détachées.
 Il a fallu ajuster et monter. Nous y avons mis plus de 2 000 rivets.
Quatre wagons ont été construits depuis.
Actuellement, une deuxième locomotive est en train de se créer.
C'est une locomotive diesel, qui pourra assurer la relève, en cas de panne de la vapeur.
Nous réalisons également une maquette de la gare d'Auray,
qui fut un dépôt de locomotives en 1950. Elle fait 15 m de large.

Contact de l'association
 : 02 97 47 06 88 ou 06 86 52 28 45.
L'association cherche un terrain pour faire tourner le circuit toute l'année.
 Prochaines rencontres :
le 29 juillet à Locmariaquer,
 le 12 août à Lizio, les 29 et 30 septembre à la Cité de la voile à Lorient.

Source Ouest France
 

  ou retour au  calendrier des animations