Les Pierres Plates  

Cet ensemble remarquable est libre d'accès et se situe au bord de la plage de " La Falaise" à environ 1500m au sud-ouest du bourg
à l'extrémité d'une promenade réservée aux piétons.
Il est situé sur une pointe de terre qui s'avance dans la mer en face de l'îlot de Méaban.
Son accès est libre depuis qu'en 1892:
  année où elles furent
cédées par l'Hospice d'Auray à l'État pour la somme de 600 francs
  
L'ensemble est imposant vu d'en haut...

Ce que l'on aperçoit lors qu'on le découvre


Le toit  de la chambre et sa vue sur l'océan: au loin Méaban
ou
si vous voulez consulter une petite vidéo : cliquez

Description :

L'allée de 26 m du nord au sud
: d'abord orientée sud sud-est la galérie
s'infléchit vers le sud sud ouest en formant un angle de 45°;
sa largeur moyenne est de 1.50m

Le monument complet devait comporté 70 blocs de granit(aujourd'hui 50):
38 menhirs supports
,
12 tables de recouvrements
 toute la partie terminale (7m de long) représente une vaste chambre funéraire très allongée,
elle est séoarée de l'allée par une haute pierre formant cloison;la dalle qui  la recouvre  mesure 7,5m x 2.50m x 0,70 et pèse 23 tonnes



Plan de l'ensemble
 le premier tiers de la galerie, un peu plus étroit et oblique par rapport à la chambre, correspond au couloir d'accès,
 aux Pierres-plates, un petit "cabinet"  latéral, rectangulaire(2.80mx1.40m) qui s'ouvre sur l'allée en se greffant au creux du coude de la structure principale.
 Par comparaison avec le monument quasi-intact de Gâvres, on peut penser que l'ensemble de la galerie n'était protégé
que par un tertre modeste, mais comportant un noyau pierreux important.
Comme dans les autres tombes de ce type, les parois sont "mixtes", avec d'étroits panneaux maçonnés entre les piliers mégalithiques.

La couverture est assurée par une succession de petites dalles étroites en granite (beaucoup ont dû être remplacées).
La dernière, plus importante et en orthogneiss,(2) qui a sans doute été récupérée sur quelque monument alors déjà ruiné.
Le tertreindécis qui englobe actuellement cette tombe est très largement dû à Z. Le Rouzic qui la restaura en 1931.
Quant au "menhir indicateur" qui se dresse à l'entrée,

Il s'agit d'un bloc qui gisait devant le monument et fut érigé là par le restaurateur. On ignore son rôle originel dans la structure mais
on peut constater que sa face orientale porte de nombreuses cupules.


Photo montant l'état de ce site avant sa restauration par Z. Le Rouzic:
est-ce la pierre en premier plan qui a été relevé comme on le prétend?
"Oui": le preuve les opérants en plein travail
Photo issue de l'exposition "Memoire de Pierres" en 2015-2016

Les fouilles
Ce monument fut exploré dès 1813 avec des résultats décevants en raison de perturbations anciennes:disparition du cairn (1)
Cependant, les fouilleurs notèrent que de nombreux piliers étaient décorés, ce qui donna lieu au premier véritable relevé
 d'art mégalithique dans la région, publié par A. Maudet de Penhouet dès 1814.
Plusieurs pierres présentent des gravures que certains assimilent à des " poupes" d'autres à des "idôles sans têtes "ou à "épaules saillantes"

C'est ce décor, réétudié à maintes reprises mais quelque peu mutilé depuis (un panneau majeur au moins a disparu),
qui a permis de définir le "style des Pierres-plates" caractéristique des tombes en équerre morbihannaises.

Lexique:
(1)Cairn
Nom donné à la masse monumentale recouvrant une tombe lorsqu'elle est essentiellement constituée de pierres.
(2)Orthogneiss:Roches résultant du métamorphisme d’un granite préexistant. Grenues,
à grain fort et plus ou moins feuilletées, elles donnent de très beaux blocs d’affleurement qui ont été très recherchés par les bâtisseurs de mégalithes,
 notamment à Locmariaquer.
(3)Tertre:Nom donné à la masse monumentale recouvrant une tombe lorsqu'elle est essentiellement constituée de terre
 

Une petite visite vidéo trouvée sut Youtube

Et pour la petite histoire, ces pierres plates ont failli être transformées en blockhaus
barremarron.jpg (789 octets)