ARCHIVES  DECEMBRE 2016

Les différentes associations reprennent leurs activités , pour les habitants de la commune,  interrompues pendant la saison.

Jeudi 1ier décembre 2016
Des nouvelles de nos 2 Navigateurs

1 -Trophée Jules-Verne : Françis Joyon rentre à Brest

Une petite semaine de mer, et puis s’en retourne.
 Francis Joyon et son petit commando (les Français Gwénolé Gahinet et Clément Surtel, le Suisse Bernard Stamm, l’Espagnol Alex Pella, et l’Allemand Boris Herrmann) partis dimanche
il y a huit jours de Brest à l’assaut du Trophée Jules-Verne, ont décidé de rebrousser chemin
. Au moment où la décision a été prise, hier en fin de matinée le 29novembre 2016, leur maxi-trimaran IDEC Sport (31,50 m) accusait près de 440 milles de retard sur le tableau de marche des détenteurs du titre.
 Ils naviguaient alors à la latitude de Belem au Brésil, cependant que quatre ans plus tôt, le maxi Banque Populaire V (40 m) de Loïck Peyron et ses hommes croisait déjà au large de Recife.
 La faute cette année à un pot au noir particulièrement actif, étendu et mobile sur l’Atlantique,
 qui bloque la tentative.
« En continuant notre route, nous risquions fort de nous présenter à Bonne Espérance avec un retard insurmontable »
, relève le skippeur.
 L’équipage devrait rallier la cité du Ponant dimanche,
et engager une nouvelle période de stand-by dans l’attente d’une fenêtre météo plus favorable.

2- Tour du monde en solitaire
Record en solo : grand sud à vitesse grand V pour  ThomasCoville
Thomas Coville accentue encore son avance dans sa nouvelle tentative de ravir à Francis Joyon son record autour du monde en solitaire détenu depuis 2008.
 À bord de son maxi-trimaran Sodebo Ultim’ (31 m), le Trinitain coupait hier la longitude du cap Leeuwin (Australie) et avait engrangé un matelas de près de 700 milles en sa faveur,
 tenant la vitesse moyenne de 27,5 nœuds (51 km/h) sur 24 heures.
 Il lui restait hier à presque mi-parcours un peu moins de 13 000 milles
 à avaler avant d’enfin toucher son Graal.
Un interview du 30.11.2016: à lire   


A la médiathèque le concours Poésie Jeunesse 2017 est lancé ...


Le rapport du Conseils des Sages

" Ce que veulent les habitants pour la commune "
Janrené Doulin et Henri Hervé, du Conseil des sages, se veulent confiants pour l'avenir de Locmariaquer
.
Favoriser les déplacements doux, mieux baliser les commerces...
 Le Conseil des sages a établi un rapport sur les désirs et attentes des Locmariaquérois.

Pourquoi ? Comment ?
Le Conseil des sages, représenté par Janrené Doulin et Henri Hervé, présente le rapport de « Locmariaquer demain... ».
 Ce dossier a demandé deux ans de travail.

Le Conseil des sages, c'est quoi ?
Nommée pour trois ans, cette commission composée de citoyens a été créée à la demande du conseil municipal en 2008.
Ce conseil consultatif a vocation à travailler pour le bien commun ;
 ses travaux peuvent porter sur des dossiers proposés par la municipalité ou émanant des sages.
 Le Conseil des sages est constitué de retraités ou personnes âgées de plus de 55 ans,
 habitant Locmariaquer, libres de toutes les obligations professionnelles.
 Ils sont en quelque sorte les médiateurs de la commune.

Pourquoi cette enquête ?
Suite au dossier « Locmariaquer pour tous », présenté fin 2015,
 le Conseil des sages - à la demande du maire -
 voulait aller plus loin pour une volonté d'imaginer un avenir commun.

Quels sont les moyens ?
L'idée a été de constituer une base de données sur les désirs et souhaits des Locmariaquérois et,
 ensuite, de synthétiser ces résultats dans un document unique.
 De là, des pistes de réflexion ont été proposées.
Janrené Doulin et Henri Hervé, du Conseil des sages, se veulent confiants pour l'avenir de Locmariaquer
Comment ont-ils constitué ce dossier ?
Ils ont consulté trente acteurs constitutionnels comme Auray Quiberon terre atlantique,
 la Chambre d'agriculture, la Mission locale pour l'emploi des jeunes et
 ont recueilli 70 avis d'acteurs locaux, comme les commerçants, les services de proximité,
les ostréiculteurs et bien d'autres.

Après l'état des lieux, qu'attendent les habitants ?
Tous veulent dynamiser la commune, encourager les jeunes à venir travailler,
 créer un local accueil pour les télétravailleurs, créer des circuits thématiques,
 revoir l'organisation du marché.
 Mais aussi poursuivre l'aménagement du bourg, favoriser l'usage des moyens alternatifs à l'automobile (déplacements doux) et obtenir un transport public entre Locmariaquer et Auray.
 Sans oublier de réactualiser le site internet et créer des réseaux et des balisages
 (totem commercial, circuits doux et historiques).
Point important : sauvegarder les services de proximité en aidant les personnes qui veulent s'installer.

Quelles sont les priorités listées par le Conseil des sages ?
Elles sont aux nombres de trois :
 rédiger un cahier des charges en vue d'une étude sur la deuxième tranche d'aménagement du bourg,
 créer un plan communal de l'habitat locatif et
 mettre en place des structures participatives.
Pour finir, Janrené Doulin et Henri Hervé appuient sur la volonté des Locmariaquérois d'un avenir participatif : « Habitants et professionnels ont des idées et souhaitent être plus souvent associés aux travaux de leurs élus »,
 expliquent les deux sages.
 Le Conseil des sages continuera à proposer des solutions adaptées en phase avec tous les Locmariaquérois et les élus.
D'après le journal Ouest France du 1.12.2016

Question qui se pose?
Ce conseil a-t-il été consulté pour l'aménagement de la rue Wilson ?


Samedi 3 décembre 2016
 1-Vente Expo (Les Amis du Golfe)
 
à la Salle Polyvalente « La Ruche» 9 h 30 à 12 h 30
Tirage de la souscription volontaire.
 Les travaux effectués, confitures, peinture sur porcelaine, poterie,
 couture, sacs en papier, tricotage, petite menuiserie, seront mis en vente.
Stand boissons, salon de thé, gâteau

Compte rendu
Les amis du golfe ont exposé leurs créations
Les créateurs exposent fièrement à l'occasion de l'expo-vente.
Les Amis du Golfe ont organisé une expo-vente de leurs créations,
 samedi 3 décembre  2016à la salle La Ruche.
 Cette association, anciennement nommée Le club des anciens, est née en 1975
. Elle a pour objectif de réunir tous les anciens de la commune autour du jeu de société.
Depuis 3 ans, des activités ont été créées pour élargir les créativités de chacun.
 Ainsi des ateliers de mémoire, de conversation en anglais, l'art floral, la céramique,
 la peinture sur porcelaine, l'atelier de petite menuiserie e
 la fabrication de confiture sont venus agrandir les activités proposées.
Une section randonnée est proposée tous les mardis après-midi.
Les ateliers ont lieu tous les jeudis.

Les créateurs exposent fièrement à l'occasion de l'expo-vente.
« Étant nouvelle dans la région, je suis heureuse de constater que les ateliers fonctionnent bien,
 a déclaré Monique Le Berrigaud, nouvelle présidente de l'association.
 Tous les membres, quel que soit leur âge, participent activement à l'association et
l'entraide est communicative. Cela motive les troupes et moi-même pour faire toujours mieux. »

L'expo-vente, qui a lieu deux fois par an sert à financer les sorties.
 Actuellement il y a 172 adhérents et la cotisation est de 20 € par an.

Renseignements,
 Monique Le Berrigaud au 02 97 57 44 36 ou moniqueleberrigaud.club@gmail.com
Journal Ouest-France du 5.12.2016

 

2- Bio et huiles essentielles

D'après le journal Ouest France du 3.12.2016
Après des études à Paris et neuf ans d'exil,
 Maëlle Guéhennec-Gaillard, originaire de Plouharnel,
 a décidé de revenir en Bretagne pour vivre au milieu de la nature
:diplômée en stylisme, elle devient exploitante bio+

Les gens d'ici
Maëlle Guéhennec-Gaillard, originaire de Plouharnel,
 est partie faire ses études de styliste à Paris
. Après neuf ans d'exil, elle revient en Bretagne.
 En 2013, elle regarde un reportage sur « Tisane Anaïs »,
 qui produit et diffuse des tisanes avec ses plantes.
« Quand j'ai vu ce reportage, une évidence s'est imposée à moi. Le fait de vivre au milieu de la nature,
 de produire et d'échanger, a été décisif.
 Quand j'allais en vacances chez ma grand-mère,
 les odeurs de tisane qu'elle préparait me ravissaient.
 Ces souvenirs m'ont conforté dans le choix de ma nouvelle vie
», raconte Maëlle.
 Elle va donc suivre une formation exploitante agricole et obtient le brevet professionnel responsable d'exploitante agricole avec l'option maraîchage bio.

Déterminée
En 2014, elle part en Dordogne faire une formation en cosmétique Bio.
 À Pluvigner, elle fait un stage en aromatique médicinal chez Myriam Robreau.
« J'ai eu la chance de rencontrer Gérard Bensoussan, précurseur en pays bigouden de la culture de la marjolaine qui pousse en principe en Egypte.
 Il m'a aidé à mieux comprendre la culture des plantes médicinales. »
Puis, elle fait un tour de Bretagne chez différents producteurs de plantes.
 Avec ces expériences en poche, Maëlle décide, en 2015, de créer ses jardins.
Mais pour cela, il faut des terrains.

La terre
Après des recherches infructueuses, le maire de Locmariaquer Michel Jeannot,
 lui montre d'autres terrains qui lui conviennent, début 2016.
 En juin, elle signe un bail de fermage
. Les terrains sont situés entre Kéréré et Kerlud, certains sont protégés par des haies,
 d'autres font partie d'un landier. En tout, six parcelles qui représentent 1 ha et 770 m².
Nettoyage, défrichage, bouturage, plantation...
 Pour ses boutures, elle va chez Anaïs qui l'aide aussi par des conseils.
 Avec l'expérience de Richard, maraîcher bio à Locmariaquer, elle cultive sur butte paillée.

Après les formalités
Maintenant c'est les recherches d'aides financières, la création de l'entreprise, l'immatriculation qui occupe la jeune femme.
 « J'espère qu'au premier trimestre 2017, le bâtiment en bois sur pilotis sera installé avec l'alambic qui me permettra de faire mes distillations de plantes et de faire la récolte de l'hydrolat. »

À 36 ans, elle est déterminée dans son choix de vie,
 « J'espère qu'en été 2017, je pourrai récolter et vendre ma production. »


Dimanche 4 décembre  2016
Site
des mégalithes
Ouverture gratuite
Opération de gratuité du 1er dimanche du mois est reconduite jusqu'en mai.
Les visiteurs pourront accéder aux trois monuments mégalithiques datant du Néolithique (6500 ans).
Le Grand Menhir Brisé, bloc de granit de 20,60 m et de 280 t, la plus grande stèle connue en Europe.
De novembre à mai, l'opération de gratuité du premier dimanche du mois est reconduite.
 Le public a donc la possibilité de découvrir gratuitement le site des mégalithes.
 Ce site accueille un ensemble de trois monuments mégalithiques de première importance datés de 6 500 ans (période du Néolithique) :
le Grand menhir brisé, qui est la plus grande stèle connue en Europe,
 le tumulus d'Er Grah et le dolmen de la Table des Marchand.
 Des visites commentées seront organisées à 11 h, 14 h 30 et 16 h 30


L'entrée est gratuite pour  tous
Contact : 02 97 57 37 59. www.locmariaquer.monuments-nationaux.fr
(en savoir plus: sur ce site remarquable :  
 
)

Rue Wilson terminée ?
Signalisation en place...
   

Vitesse 30 maximun - Non prioritaire à la Croix des fleurs - Prioritaire à la sortie du bourg ( Le 2ièmme est-il prémonitoire ?)
L'aménagement de la rue Wilson ne satisfait pas
 D'après  le journal Ouest France du 12.12.2013
Pour pouvoir sortir sa voiture, il faut empiéter sur la route pour avoir de la visibilité.
Les riverains de cette rue et les habitants de Locmariaquer sont déstabilisés par la modification de circulation
 et les aménagements de la rue Wilson.
 Pour eux, l'insécurité des riverains est présente ;
 la route longe les habitations et la visibilité quand on sort en voiture est très compliquée.
 « On ne comprend pas pourquoi cette route rase nos jardins.
 Quand la saison va venir, comment un camping-car et un 4 x 4 vont pouvoir se croiser ?
»

s'interroge un résident.

Jacques Madec, adjoint en charge de ce dossier, apporte des précisions :
« Quand nous avons fait appel au cabinet Arcet, nous avons demandé
 de la sécurité des piétons, limiter la vitesse et organiser le stationnement.
 Ce qui a été fait.
Nous sommes à l'écoute des habitants, rien n'est figé, des modifications sont possibles.
 Cette portion de route est en phase d'observation
.
Nous ferons un bilan après la saison.
 Il est à rappeler que cette route est désormais limitée à 30 km/h. »

Question ?

Quel sens(?) donné aux flèches peintes sur les différentes voies de circulationl ?


1- Jeudi 8 décembre 2016
Club des amis du Golfe
Repas de fin d'année.
 A12 h, salle polyvalente de la Ruche
 Pour les adhérents du club.
 Inscription auprès des personnes habituelles.

2 - Thomas Coville: où en est-il ?
PLUS DE 4 JOURS D'AVANCE APRÈS LE PASSAGE DU CAP HORN
Jeudi 8 décembre 2016 à 2h20 (heure française),
Thomas Coville, skipper du trimaran Sodebo Ultim’, a franchi le Cap Horn avec
4 jours 59 minutes d’avance
 sur le temps de Francis Joyon,

détenteur du record autour du monde en solitaire depuis 2007.

(   En savoir plus
  en consultant  le site: 

https://www.sodebo.com/fr/voile/actualites/article/plus-4-jours-avance-apres-passage-horn )

Vendredi 9 décembre  2016
Marché de Noël et Tombola
organisés par l'Amicale laïque
Au restaurant municipal

What is it ? au    MANE-ER-H'ROECK  

Dimanche 11 décembre  2016
1 - Premier Salon du Livre à Saint-Philibert
Tout le programme  détaillé  sur le site des Ecrivains du Morbihan 

Compte-rendu
Belle ambiance , parfaite organisation, importante fréquentation ( Plus de 500 personnes),
contentement total des écrivain(e)s ...cela résume le premier salon du livre,
qui en appelle beaucoup d'autres !!!

2 - Nettoyage de la plage de la Falaise
 De 14  h à 17 h: RDV aux Les Pierres Plates
Organisé par l'association Les mains dans le sable.
Sacs poubelle et gants fournis.
 . Gratuit.
 Compte-rendu
D'après le journal ouest France  du 13.12.2016

C'était le dernier nettoyage de plage cette année
Dimanche 11 décembre 2016 , l'association Les mains dans le sable organisait le dernier nettoyage de l'année.
 Malgré un temps maussade, une trentaine de personnes se sont mobilisées
pour ramasser les déchets sur la plage des Pierres-Plates.
Guillaume Durand et sa compagne Sophie, responsables de l'association,
souhaitent sensibiliser et responsabiliser les gens par ces actions.
 « Depuis la création de l'association en 2003, nous sommes de plus en plus sollicités.
 Les communes nous fournissent les sacs-poubelles et viennent les récupérer après
. Mais il faudrait encore plus de communication pour diminuer le surplus de déchets que chaque individu produit.
Il existe plein d'astuces pour réduire ces déchets, il faut nous en donner les moyens »
,
 déclare Guillaume Durand.
Pour soutenir financièrement l'association, des dons sont possibles et
sont déductibles à 66 % des impôts sur le revenu.
Contact
: http://lesmainsdanslesable.com

Lundi 12 décembre  2016
Nouvelles de Thomas Coville
Coville : « Je n’ai jamais autant tapé au fond de moi… »

Record autour du monde en solitaire.
 Le skipper de Sodebo Ultim’ a franchi le cap Horn, jeudi 8.12.16 .
 Avec près de quatre jours d’avance sur le temps du record.

Thomas Coville, le cap Horn, ça a été un peu comme une délivrance pour vous ?
Oui, moi je l’ai toujours appelé comme ça
. Il y a le cap de Bonne Espérance, à Cape Town, car on espère que ça va bien se passer.
 Et le cap Horn, c’est la fin d’un cycle, la fin d’un monde que moi j’adore,
 je suis très envoûté par l’ambiance générale autour de l’Antarctique.
 Pour autant, là-bas, tu sens que tu es juste toléré, et que, quand tu en sors, c’est bien.
 Donc moi je l’ai toujours appelé cap de Bonne Délivrance.
 Il se passe beaucoup de choses au cap Horn.
Tu sors d’une période où tu es engagé, et dans un contexte de solitude,
 parce que là, s’il t’arrive un pépin, t’es mort.

Vous l’avez passé avec une grosse avance sur le record de Francis Joyon…
Ce que Francis Joyon a réalisé avec le bateau qu’il avait, à l’époque, c’est à mon sens inégalable. C’est une référence.
 Quoiqu’il arrive, je garderai au fond de moi un respect énorme pour ce qu’il a fait.
 Jusqu’au Horn, c’était fantastique.
 Maintenant, j’ai un avantage psychologique important aujourd’hui : je sais que sa remontée de l’Atlantique sud n’avait pas du tout été bonne, et plutôt mauvaise même.
 Sur la trace, jusqu’ici, il a mangé son pain blanc, et moi c’est l’inverse, mon pain noir.

« A deux doigts d’abandonner »
Les vidéos que vous avez envoyées du bord depuis un mois donnent de vous
 un côté bête sauvage non ?
Non, je ne trouve pas. Autant, les fois d’avant, je n’ai pas maîtrisé cet aspect-là, petit à petit je sombrais.
 J’étais plus animal, davantage dans la réaction que dans le contrôle.
 Là, pour une fois, la grosse différence c’est que je ne me suis pas laissé envahir par ça.
Pour ne pas tomber dans le côté bestial des choses.
 Mentalement, physiquement, je me laissais aller, je ne me nettoyais pas beaucoup.
 Aujourd’hui, j’ai une petite grille qui me guide tous les jours, je me lave tous les jours,
 je me crème, je fais attention aux petites blessures, aux petites infections.
 En fait, j’ai eu un problème médical grave, qui a failli me conduire à l’abandon,
 c’était à deux doigts, mais j’en parlerai à l’arrivée.
Cela m’a foutu la trouille, et depuis, je suis hypervigilant là-dessus.
 J’ai réussi à reprendre le dessus, grâce à des antibiotiques, et tout le bordel…
 Et du coup, entre la fin de l’Indien et au début du Pacifique, j’ai réussi à ne pas me laisser prendre.

Avez-vous le sentiment d’avoir déjà pioché aussi profondément en vous ?
Physiquement, je n’ai jamais tapé autant au fond de moi.
 Il y a des moments, je pense que je ne suis pas loin de mener le bateau comme si on était en équipage.
 Tout le temps dessus…
 D’ailleurs, on est presque dans les temps d’un record en équipage. Du coup, le rythme de manœuvre et de réglages que je me suis imposé est beaucoup plus important que ce que j’avais jamais fait jusqu’ici.
 En revanche, mentalement, je me sens quand même bien plus dans le contrôle.
 Mais la frontière est fine.
 J’ai connu lors des deux tours du monde en solo que j’ai fait avant des périodes où, mentalement, j’étais parti très loin, j’étais très très affecté.

Arriver à Brest d’ici 20 à 22 jours, cela vous paraît jouable, non ?
Oui, mais ça dépend encore, car on peut aussi se retrouver englué.
 Lors de la deuxième tentative que j’avais bouclée, au large de Cabot Frigo, j’étais repassé devant la trace de Francis Joyon, alors que j’avais 1 000 milles de retard au cap Horn !
 Mais à ce moment-là, une dépression tropicale était passée devant nous et avait anéanti l’alizé, complètement.
J’avais passé ensuite quatre jours et demi dans la pétole !
 Bon, j’ai un bateau qui va beaucoup plus vite aussi, et qui est très différent, donc ça aide.

Recueilli par Jacques GUYADER  du Journal Ouest-France du 5.12.2016

Sa position  dimanche 12.12.2016
 Hier soir, Thomas Coville navigait au large de Buenos Aires et possédait une avance de 1 637 milles sur le record de Francis Joyon, qui date de 2008.


Céramique : exposition vente de Noël

Du vendredi 16 décembre 2016 au samedi 24 décembre 2016,  de15 h à 18 h

 Site à visiter: www.marielaure-gauchery.com

En savoir un peu plus  sur Marie-Laure Gauchery   

Samedi 17 décembre  2016
Trophée Jules-Verne :Francis Joyon a de nouveau mis les voiles

. Le skipper d'Idec Sport et son équipage ont quitté les pontons brestois
 vendredi 16 décembre 2016, sur les coups de 6 h 30.
“ Prendre le départ, c'est toujours un événement
. On ne part pas en croisière non plus, on sait qu'on part faire un tour du monde, avec ses difficultés. ”
Clément Surtel, membre de l'équipage, arborait un large sourire, hier aux aurores.
 Juste avant un deuxième départ en moins d'un mois pour la formation Idee Sport.
 “ On a tous la motivation pour aller chercher ce record, donc croisons les doigts pour que la météo nous laisse passer cette année ”, ajoutait-il.

Gahinet : “ Plutôt rapide jusqu'à l'Équateur ”
Après avoir tenté leur chance une première fois pour ce tour du monde en multicoque, en équipage et sans escale,
 Joyon et ses hommes avaient rebroussé chemin après un passage compliqué dans le Pot au Noir,
 le skipper du maxi-trimaran Idee Sport a donc nouveau largué les amarres, sur les coups de 6 h 30. L'équipage a ensuite franchi la ligne de départ, située au large de l'Île d'Ouessant,
 aux alentours de 9 h
20.
Pour le plus grand plaisir de Gwénolé Gahinet, autre membre de l'équipage.
D'autant plus que la fenêtre météo est cette fois, bien plus favorable que lors de la première tentative,
fin novembre.
 “ Ça va être plutôt rapide jusqu'à l'Équateur, décrivait ce dernier avant de prendre la mer.
 L'Atlantique Sud, c'est un peu moins sur des roulettes, mais ça donne des temps plutôt corrects à Bonne Espérance.
 Personnelle ment, je suis au taquet (sourire). ”

Chance ?

 Si les conditions semblent propices, le record détenu depuis 2012 par Loïck Peyron,
 sur Banque Populaire V (45 jours, 13 heures et 42 minutes)

 ne sera pas évident à aller chercher.
Francis Joyon estimait qu'il est
difficile de parler en pourcentage de réussite dans ces aventures, c'est toujours difficile, on n'est pas si mathématiciens que ça (sourire). On va dire qu'on a une chance et c'est déjà beaucoup. ”

 Pour revenir couronnés de succès, Francis Joyon et son équipage
- composé de Bernard Stamm,
Alex Pella, Clément Surtel, Gwénolé Gahinet, et du petit nouveau Sébastien Audigane,
qui a remplacé l'Allemand Boris Herrmann
- devront couper la ligne d'arrivée I avant le lundi 30 janvier 2017, à 23 h· et 53 secondes tapantes.
 En espérant pour eux que cette fois-ci, ce second départ soit le bon.

D'après  le journal Ouest France du 17.12.2016 :article de Julien COLLOMB

Pour bien connaître Francis, le Locmariaquérois : Cliquez ICI


Samedi 17 décembre  2016
Représentation théâtrale

 à la salle polyvalente « La Ruche»

à 20h30 ;Théâtre des Abeilles (SCBH)
Spectacle de Noë interprété par de jeunes acteurs débutants de 6 à 7 ans et des adolescents,
 confirmés, de 12 à 14 ans.  Entrée  gratuite
Compte-Rendu
Le théâtre des Abeilles joue des sketchs de Noël

La troupe au complet salue un public qui a apprécié le spectacle.
Environ 200 personnes sont venues samedi soir, à la salle de La Ruche, applaudir les comédiens.
Sur le thème « Passera ? Passera pas... ? »
les élèves de la compagnie des Abeilles de l'Association Sport Culture et Bonne Humeur
 ont présentés 28 sketchs sur Noël.
 Âgés de 8 à 15, ils ont apporté de la joie, des fous rires et la bonne humeur.
Leur animatrice Isabelle Le Baron aidé par Sandrine Le Corvec, a pendant toute la soirée
 assurée le déroulement des décors avec la synchronisation de la musique.

D'après le journal ouest France  du 19.12.2016

Lundi 19 décembre 2016
Des nouvelles de nos 2 Navigateurs

1 -Trophée Jules-Verne : Françis Joyon
D
imanche soir18 décembre 2016 L l'Idec n'avait que 27 miles de retard sur le tableau de marche du record au large des Canaries après 2 jours et 10 heures de mer

2- Tour du monde en solitaire
Records en solo :  ThomasCoville
Thomas Coville a coupé l''Equateur dimanche 18 décembre 2016 avec plus de 5 jours d'avance
 sur le record de  Francis Joyon établi en 2008.
Thomas a déjà  enchaîné les records par sa performance:
Record Ouessant - Cap de Bonne Espérance;
Record  de l'Océan Indien;
Record  du Pacifique  sud;
Record Equateur-Equateur...
Arrivée probable à Brest  entre le 26 et 28 décembre 2016
Un article du 49.12.2016: à lire   

 

Mardi 20 décembre  2016

 

L'AGG football dans sa nouvelle tenue offerte par les Commerçants (Photo Ouest France )

 


Dimanche 25 décembre  2016
Site
des mégalithes fermé
 

 

Arrivée de Thomas Coville annoncée

Avec une arrivée prévue ce dimanche 25 décembre  2016 en début de soirée,
 le Trinitain va non seulement s'offrir le plus beau des cadeaux de Noël mais il va y ajouter la manière en passant sous la barre des 50 jours
. Oui, vous avez bien lu, 50 jours pour faire le tour du monde, seul, sur un maxi-trimaran !
Lundi 26 décembre 2016 matin à Brest !
Pour passer sous la barre des 50 jours, Coville doit franchir la ligne avant lundi 26 décembre à 14 h 49'
. Ce dimanche matin, le skipper de Sodebo cavale à plus de 26 noeuds à 212 milles de la ligne de la délivrance.
 S'il maintient ce rythme-là jusqu'à Ouessant, il coupera la ligne vers 17 heures dimanche.
 D'après  La Matinale du journal  Le Télégramme du 25.12.2016

Lundi 26 décembre  2016

1- Le 5ième ! Le bon! Le MAGNIFIQUE..
tour de monde en solitaire à la voile de Thomas COVILLE
EN MOINS DE 50 JOURS :49j3h7m3s!
Thomas Coville l'a réalisé...
Quel exploit !
Pour bien connaître Thomas  le Trinitain : Cliquez ICI

2-La sécurité dans les 3 Communes

.
Eddy Poix,policier à Crac'h,Fabien Madec, à Saint-Philibert, et Pascal Le Jean, à Locmariaquer
répondent à Trois questions..
Quelles sont vos missions ?
Elles tournent autour de quatre points principaux : la proximité, la tranquillité, la sécurité, la salubrité.
 Sous l'autorité du maire nous intervenons sur les appels, soit directement, soit en liaison avec le 17, le 18 et
la préfecture.
 Nous assurons l'encadrement des festivités organisées par la commune ou les associations,
 la prévention routière, de la délinquance, la gestion des objets trouvés...
Nous avons suivi une formation identique aux gendarmes en ce qui concerne le maniement des armes.

Comment voyez-vous évoluer la situation de votre secteur ?
Nos missions sont en constante augmentation.
 Les administrés n'hésitent plus à nous contacter.
 Nous recevons un bon accueil de la part des habitants, notre présence rassure.
 Nou sommes à leur écoute. Notre secteur est plutôt calme.
L'été, nous passons à 30 000 habitants. Il y a un peu plus d'incivilités, d'infractions routières,
 moins de respect de l'uniforme.

Comment ressentez-vous l'ambiance générale ?
Depuis les premiers attentats, nous avons été armés et nous avons un gilet de protection.
 Nos maires nous ont donné les moyens de nous protéger et de protéger la population.
 Nous patrouillons le plus souvent à deux la nuit, en liaison avec le centre opérationnel de la gendarmerie.
La police municipale a été créée il y a dix ans à Crac'h.
 Depuis quatre ans, Crac'h, Locmariaquer et Saint-Philibert ont mutualisé les moyens matériels et les agents.
 D'après  le journal Ouest France du 23.12.2016


FIN DU PROGRAMME DE L'AN 2016.  
 


 

Pour prendre connaissance  des archives précédentes depuis 2007: cliquez ci-dessous
 

 A l'Affiche    Archives