ANIMATIONS ETE 2017 (suite)

 

Rappel :Trois géants de pierres
Quelques précisions

Sur le site de Locmariaquer, les secrets de la préhistoire sont bien gardés, à l'ombre des pins.
 Trois géants de pierres s'y reposent depuis des millénaires.
 Le site, tout comme ceux de Carnac, de Barnenez dans le Finistère, et la maison d'Ernest Renan à Tréguier,
 est géré par le Centre des monuments nationaux, qui fête son centenaire.

Le grand menhir brisé

« C'est un peu la star du site », sourit Jean-Michel Bonvalet, chargé d'action éducative et culturelle au Centre des monuments nationaux. C'est une pierre de 21 mètres de haut et de 300 tonnes.
 Elle est coupée en quatre morceaux et gît, imposante, dans l'herbe de Locmariaquer.
 Il y a cinq millénaires, elle était érigée, pointée vers le ciel. Elle n'était pas seule.
 C'était la dernière et la plus grande d'une file de dix-huit menhirs.
 « Ils sont tombés suite à un tremblement de terre, quelques siècles après avoir été érigés », raconte Jean-Michel Bonvalet.
 Cette gigantesque pierre vient de la presqu'île de Rhuys.
 À l'époque, la topographie était différente.
 Mais ces hommes du néolithique l'ont transportée, avant l'invention de la roue et du métal, sur 10 km et ont traversé une rivière.
Comment ? On l'ignore encore. Pourquoi ?
 Beaucoup d'hypothèses circulent. Indéniablement ces pierres ont une forte dimension spirituelle.
 Elles marquent sans doute un territoire. Peut-être une frontière entre deux mondes...

La table des Marchands

C'est un dolmen.
 D'ailleurs, ce mot breton est peut-être bien né à Locmariaquer pour désigner cette immense « table de pierre ».
 « C'est une tombe ouverte et collective », explique Jean-Michel Bonvalet.
 L'édifice a vu le jour vers le quatrième millénaire avant notre ère
. Sur certaines pierres, il y a des gravures. Certaines sont figuratives,
 d'autres sont des dessins géométriques dont la signification est bien plus difficile à déterminer.
 Cette grande table de pierre a été restaurée dans les années 90
. « Le dolmen a été recouvert, comme un cairn (un amas de pierre), car c'était probablement à cela qu'il ressemblait à l'époque », raconte Jean-Michel Bonvalet.

Le tumulus d'Er Grah

Ce dôme de pierre est une tombe individuelle et fermée.
 Elle était réservée à une personne de l'élite. En effet, la société néolithique est déjà très hiérarchisée.
 « L'élite était composée de ceux qui possédaient des objets rares », raconte Jean-Michel Bonvalet
 À l'époque, au cinquième millénaire avant notre ère, le travail des métaux n'avait pas encore vu le jour.
 Les objets précieux étaient donc en pierre polie.
 Ces pierres, venues des Alpes italiennes ou de la péninsule ibérique, servaient de collier ou de lame de hache.
 « La lame de hache en jadéite était un peu la montre Rolex de l'époque », glisse Jean-Michel Bonvalet.
 D'où provenait la richesse de ces hommes ? Du commerce de sel qui aurait commencé à cette époque-là...

Exposition permanente

Cette année en 2017, le Centre des monuments nationaux (CMN) a choisi la gravure pour animer cet ensemble néolithique
 le peintre et graveur
Pierre Collin, professeur à l’Ecole supérieure d’art de Bretagne,
 a encadré et guidé les élèves de CM1 et CM2 de l’école de Locmariaquer
 pour l’exposition Gravures, Graveurs, Graver
.Désormais l’artiste expose aussi son travail, qui fait écho
 à une sélection de dix estampes des XIXe et XXe siècles représentant le site.
 Elles proviennent des collections de la Bibliothèque nationale de France, des musées de Vannes et
 aussi des jacobins de Morlaix.
 Pierre Collin a réalisé une série de gravures illustrant les sites de Locmariaquer et de Gavrinis.



Approche de Guillaume LE CORNEC

Biographie : 

Guillaume Le Cornec ,est né le 3.01.1975 à Locmariaquuer ,
 nantais depuis 2006, ancien journaliste de télévision et
de presse écrite,
ancien responsable d’édition indépendant,
a créé Ustensiles avec Marie Paire en 2007.
Ustensiles est une agence de création éditoriale et
de conseil stratégique installée sur l’Ile de Nantes.
"De fer, de machines et de rêves"
 est son premier ouvrage écrit en nom propre après plusieurs participations à des ouvrages collectifslaborateur ,
Guillaume Le Cornec entame désormais une carrière d’auteur
 de fiction.  "L’Île aux Panthères est son premier roman "

D'après le site Babelio:

https://www.babelio.com/auteur/Guillaume-Le-Cornec/257599

Résultat de recherche d'images pour "image de ligne de separation"
Résumé de l'ouvrage
Article paru dans Télérama N°3509 du 14.04.2017

Une enquête captivante mène cinq détectives en herbe des invasions vikings aux triades chinoises.
 Bienvenue dans un monde troublé.
Ils sont cinq et mènent l'enquête, comme le fameux club d'Enid Blyton. Mais la comparaison s'arrête là : l'intrépide petite bande d'ados nantais concoctée par Guillaume le Cornec dans ce premier roman rappelle des héros bien plus attachants.
 Tendres, râleurs, irrésistibles, Judith, Oscar, ­Nicolaï et
 les autres ont quelque chose de la fraîcheur des mômes de Stephen King (l'horreur en moins)
 mais aussi de la gouaille des adultes de Daniel Pennac.
 Et leurs exploits bien troussés empruntent plus à James Bond qu'à la Bibliothèque rose.
 Repaires secrets, gadgets high-tech, identités multiples et
 révélations spectaculaires figurent au programme d'un récit à suspense toujours vif.
Lancés presque par hasard sur la piste d'un gang de malfrats,
 les « Jaxon » (acronyme formé à partir de l'initiale des prénoms des cinq détectives amateurs)
 tombent sur une machination bien plus vaste que prévu.
 L'aventure nous mène des vestiges des invasions ­vikings à la

L'ouvrage destiné
"aux 13 ans et plus "

Séance de dédicaces à Nantes

mémoire de la guerre civile en ex-Yougoslavie, des triades chinoises aux ravages de la mondialisation.
 Un brassage de thèmes, du plus ludique au plus sérieux, qui permet à l'auteur de questionner
— sans jamais pontifier ni assommer —
 le monde troublé dont hérite la génération toute neuve des « Jaxon ».
 —Article de  Cécile Mury 
 Editions . du Rocher, 356 p., 14,90 €.

 Samedi 22  juillet 2017
Salon littéraire
, à Locmariaquer , au restaurant " L'Escale "
à 17h : rencontre avec l'auteur Marcellino Truong
La sculpture, trait d'union entre Hanoï et Locmariaquer
Marcelino Truong présente son dernier livre qui, sans le savoir,
va mettre Locmariaquer en lien avec Hanoï.
Marcelino Truong est un écrivain illustrateur.
 De mère malouine et de père vietnamien, il vivra entre le Vietnam, les États-Unis et l'Angleterre avant de venir s'installer en France.

Son dernier livre" Une si jolie petite guerre - Saïgon 1961-1963"
 une saga familiale sur fond de guerre du Vietnam,
 compte de nombreuses illustrations.

 Parmi elle, un dessin représentant un sculpteur qui façonne une colonne représentant les soeurs Trung.
Et cette colonne existe vraiment.
 Elle se trouve sur la place Công-Truong, à Hanoï, un timbre a même été émis à son image.
 Cette colonne a été construite par le sculpteur Paul Van Thé, très connu dans le milieu artistique des années 60 à Hanoï.
 Et Marcelino passe toujours les jours devant cette colonne.

Une de ses filles à Locmariaquer ...
Le livre sort dans les librairies au Vietnam.
 Une femme qui vit là-bas vient passer ses vacances à Locmariaquer et voit le livre dans la librairie de Michel Granval.
 Le libraire lui explique que « le sculpteur a vécu à Locmariaquer et qu'il est décédé depuis peu ».
Cette anecdote a été racontée par un ami à Marcelino qui, très surpris,
 envoie un courrier au libraire, lui demandant s'il connaissait les descendants de ce sculpteur.
... et le Libraire
« Quand j'ai reçu le courrier, j'ai été très étonné. J'ai alors mis en relation l'écrivain
avec la petite-fille de Paul Van Thé, qui vit à Locmariaquer. Ils se sont rencontrés.
 Depuis, ils sont toujours en contact », commente Michel Granval.
Marcelino Truong viendra au salon du livre Mots et marées, à Carnac.
 Il participera à un café littéraire au restaurant l'Escale, au port de Locmariaquer
. Il présentera son dernier livre, samedi 22 juillet, à 17 h,
 et parlera certainement de cette relation si particulière.
D'après l'article de   Pascale Parthiot Prost du journal Ouest France du 21.07.2017
 tél. 06 32 79 45 94 ; pascaleparthiotprost@gmail.com

N.B.Marcellino est déjà venu  présenter  et dédicacer son livre, à la Librairie du Golfe,
 le 22 juillet 2014